DISCommuniquer

bouton-testezvous.gif

 


Vu dans la presse

lentreprise.jpg


  
 
 
anim_diagnostic.gif
 
360_o.gif
   
  Le Modèle DISC

Outil de management, de soi même, d’autrui et des situations, permettant de mesurer le comportement d’une personne ainsi que ses motivations, ce qui la pousse à agir. Chacun d’entre nous possède des niveaux différents de chacune de ces couleurs, c’est ce qui nous rend unique.

testezvous.jpg
fabart.jpg


Le management
situationnel

 

Cliquez ici pour lire l'article "le management situationnel"

Directif: Le manager prend la décision. Il donne des instructions précises et surveille de près les résultats.
 
Persuasif: Le manager prend la décision après discussion ou explications. Le manager explique ses décisions et donne des occasions de discuter.
 
Participatif: Le collaborateur prend la décision avec le soutien du manager. Le manager partage les idées et facilite la prise de décision.
 
Délégatif: Le collaborateur prend la décision. Le manager délègue ses pouvoirs pour les décisions et l'exécution. 


Le MBTI

 
Cliquer pour lire l'article sur le MBTI
Etabli d'après les travaux de Carl Jung par Katharine Briggs et sa fille Isabel Myers, l'indicateur typologique Myers-Briggs offre 16 types de caractère possibles à partir de 16 combinaisons.
 


Préférences cérébrales

 
 
   


 La fenêtre de JOHARI
Modèle qui représente le degré de connaissance de l'autre et de soi-même dans les relations entre individus. Il traduit les différentes interactions entre l'individu et le groupe dans lequel il évolue. 
 
 
Le modéle
Blake et Mouton
Cliquez pour lire l'article sur la Grille de Blake et Mouton
 
Cette grille permet de définir cinq styles de comportement (susceptibles de variations et de nuances). Ce sont:
- le style 9.1 "boulot-boulot": exclusivement axé sur la production, il cherche à éliminer au maximun l'incidence des facteurs humains.
- le style 9.9 "esprit d'équipe": développe simultanément et de façon harmonieuse un fort souci des personnes et des exigences de production élevées.
- le style 1.9 "gentil organisateur": uniquement préoccupé du climat et des bonnes relations, il laisse au second plan les exigences de production.
- le style 5.5 "opportuniste-pragmatique": négocie adroitement et à tour de rôle entre la satisfaction des demandes personnelles et les exigences de production.
- le style 1.1 "retrait": n'assure qu'un minimum d'instructions, d'information et de présence.
 
 

Bienvenue aux

    lecteur(s) en ligne 

pave_etudia.jpg

 
Pour nous contacter
 
   mail_question.jpg
 
 

 

 

arcenciel.gif 
 

manager_go.jpg

 

ID.jpg

 

 
 
entretien d'évaluation
Quel jugement portez-vous sur les entretiens d'évaluation dans votre entreprise ?
excellent
bon
satisfaisant
décevant
médiocre
l'entretien annuel n'est pas pratiqué

Résultats
 
entretien d'évaluation
Quel est le point que votre manager pourrait améliorer durant l'entretien d'évaluation ?
sa capacité à me motiver
sa connaissance de mon poste et de mon activité
sa capacité à me conseiller
sa qualité d'écoute

Résultats
 
 
Il est essentiel d'élaborer un plan d'action commun pour que l'entretien d'évaluation trouve une conclusion positive. Pour donner de bons résultats, un plan d'action doit suivre le modèle SMART:
- Spécifique: que voulons-nous réaliser concrètement?
- Mesurable: il faut pouvoir mesurer les objectifs (durée, qualité, quantité, coûts ...).
- Approprié: l'entretien s'accorde-t-il aux objectifs de l'organisation et aux besoins de votre collaborateur?
- Réaliste: il doit être acceptable, correspondre aux moyens de votre collaboration et de votre organisation.
- Temps: le plan aura une échéance, à diviser en étapes pour permettre un suivi régulier.
 
recrutement
Pour recruter, vous vous fiez avant tout
aux diplômes
à l'expérience
à la personne

Résultats
 
recrutement
Faites-vous passer un test de personnalité à vos candidats ?
Oui
Non
Pour certains postes

Résultats
 

Archives

1 février 2006 3 01 /02 /février /2006 23:03

A lire sur l'entretien de recrutement

Présentation

Avant, pendant et après l'entretien de recrutement

Recruter un collaborateur est une situation à laquelle vous êtes confronté régulièrement ou ponctuellement... sans être préparé et face à des candidats de mieux en mieux formés ! Or recruter, ça s'apprend !

Très accessible, la méthode développée par Philippe Villemus repose sur une approche scientifique et vous aidera à mieux choisir parmi les postulants, à créer les bonnes conditions pour un entretien efficace et à éviter les erreurs. Elle vous donnera toutes les clés pour vous préparer, mener l'entretien et faire la synthèse à la suite de la rencontre.

Cette méthode permettra au responsable opérationnel de devenir un véritable "Sherlock Holmes" du recrutement. Elle intéressera aussi les candidats qui veulent connaître les arcanes des entretiens d'embauché.

Une méthode et des conseils pour éviter les entretiens décousus

  • Adoptez une démarche pragmatique pour éviter que ce ne soit le hasard qui décide.
  • Utilisez une méthode fiable pour préparer, structurer et analyser les entretiens.
  • Développez les qualités d'un bon recruteur : écoute, respect et ouverture d'esprit...
Lire aussi l'article (cliquez ci-dessous)
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Alain BERTRANDE - dans Livre
commenter cet article

commentaires

Pierre 08/10/2007 23:27

Extrait du livre "l'entretien de recrutement" de Benjamin Chaminade que j'ai trouvé fort bien fait.

- « Quels sont vos qualités et vos défauts ? »
Non seulement cette question est tellement rabâchée que les candidats ont leur réponse toute faite, mais sans indicateur de personnalité déterminé de façon scientifique, elle n’apporte pas grand-chose.

- « Comment vous voyez-vous dans 5/10 ans ? »
Parce que vous, vous savez ?

- « Pourquoi avez-vous changé d’emploi tous les 2 ou 3 ans ? Êtes-vous instable ? »
Question typique d’un baby-boomer ayant eu une carrière linéaire à une personne de la génération X ayant dû accepter des emplois à niveau de diplôme moindre afin de se construire une employabilité.

- « Avez-vous beaucoup d’amis ? Etes-vous une personne d’action ou de réflexion ? »
Laissez la psychanalyse aux professionnels.

Jean-Philippe 01/09/2007 22:56

Avant l’entretien

Il est très important de préparer votre entretien d'embauche, vous devez anticiper les situations pouvant se présenter pour ne pas être pris au dépourvu.

Etudiez toutes les réponses possibles aux différentes questions qui risquent de vous être posées.

Prévoyez les réponses aux questions et objections que vous auriez imaginé que l’on vous pose.


Maîtrisez parfaitement votre CV, votre discours doit être cohérent avec celui-ci (adaptez votre CV et vos « tranches de vie » en fonction des exigences de l’entreprise). Préparez vos points forts et points faibles par rapport à cet emploi précis.


Renseignez vous sur l’entreprise (activité, CA, effectif, implantation, actualité…).


Renseignez vous également sur votre interlocuteur (nom, fonction, position dans l’organigramme). Préparez une liste de question à poser sur l’entreprise, son environnement, le poste, les conditions de travail et financières.


Le jour J.

Respectez l’horaire fixé, vous devez être habillé de manière correcte mais la plus neutre possible, en aucun cas vous ne devez choquer votre interlocuteur.


Dans votre métier il est impératif d’être impeccable le jour de l’entretien.


Si un événement imprévu surgit, téléphonez immédiatement à la personne qui vous reçoit pour prévenir de votre retard.

Préparez vous

Au niveau de votre formation.

Votre interlocuteur veut savoir si votre formation est suffisante, si elle est adaptée au poste qu’il propose. Si vos aptitudes intellectuelles sont en rapport avec celles qu’exige le poste.

Comment répondre ?


Ne perdez jamais de vue le poste proposé. Vos réponses ne doivent pas faire apparaître d’insuffisances importantes par rapport au niveau nécessaire. Attention à la question : « Pourquoi avez-vous quitté l’école ? ». Evitez les réponses dévalorisantes : « j’ai été renvoyé », « j’en avais marre »… Répondez positivement : « j’ai toujours préféré la vie active aux longues études ».


Préparez vos réponses à ces questions :

« Quel est votre niveau scolaire ? »,

« Dans quelle matière étiez-vous le plus fort, le plus faible ? »,

« Parlez-vous des langues étrangères ? »

« Pourquoi avoir choisi cette formation plutôt qu’une autre ? »

« Qu’est ce qui vous plaît dans le métier du commercial ? »

« Préférez-vous « la chasse » ou le suivi clientèle ? »

« Etes vous plus à l’aise avec les ventes courtes ou longues ? »

« Dans votre précèdent travail, travaillez-vous plus en équipe ou en autonomie ? »


Au niveau de vos emplois précédents

Votre interlocuteur veut juger vos compétences professionnelles, voir si votre expérience est en relation avec le poste proposé.

Attention aux questions : « Pourquoi changez-vous souvent d’emploi ? »

Répondez toujours positivement :

« Pour apprendre de nouvelles techniques, pour me perfectionner ».

« Par esprit de curiosité ».

« Pourquoi avez-vous quitté votre dernier emploi ? »

Donnez des raisons qui ne vous compromettent pas : « parce que c’était une petite entreprise, il n’y avait pas de possibilité d’avancement »,

« Parce que l’entreprise avait des problèmes financiers ».

« Pourquoi êtes vous resté au chômage si longtemps ? »

Le motif ne doit pas vous dévaloriser : voyages, raisons familiales, stages ? Insistez sur le fait que c’est fini, que vous avez tourné la page.

Préparez vos réponses à ces questions :

« Quels métiers avez-vous exercés jusqu’à présent ? »

« Quel était votre dernier emploi ? »

« Quel est le domaine dans lequel vous réussissez le mieux ? »

Au niveau du travail en lui-même

La majorité des questions qui vous seront posées porteront sur votre comportement devant le travail. Elles sont destinées à évaluer vos aptitudes sur le plan professionnel : votre motivation, votre esprit d’initiative, votre sens des responsabilités… Attention à la question : « quel salaire voulez vous gagner ? » A ce stade des discussions donnez une réponse évasive : « je dois encore réfléchir, je souhaite mieux connaître les conditions de travail avant de me décider ». Evitez de donner une fourchette, votre recruteur n’a aucune raison de vous payer plus si vous acceptez moins.

Préparez vos réponses à ces questions :

« Quel type d’emploi recherchez-vous ? »

« Pour quelles raisons voulez vous travailler dans notre société ? »

« Qu’est ce qui vous fait croire que vous aimerez ce travail ? »

« Citez des expériences dans lesquelles vous avez fait preuve d’initiative ? »

« Aimez-vous prendre des responsabilités ? »

« Que pensez-vous de la profession de vendeur ? »

« Allez vous jusqu’au bout de ce que vous entreprenez ? »


Au niveau des relations humaines

Le recruteur va chercher à déterminer votre aptitude à travailler en équipe. Il veut savoir si vous êtes capable d’entretenir de bonnes relations avec vos collègues de travail et/ou vos supérieurs hiérarchiques. Vous gagnerez toujours à paraître sociable, même si vous devez travailler seul.

Ne dites jamais de mal de vos anciens professeurs ou de vos anciens employeurs, n’évoquez pas de situations conflictuelles. Le recruteur en conclurait que vous aurez le même comportement dans son entreprise et ne vous embauchera pas.

Préparez vos réponses à ces questions :

« Vous entendez vous avec vos collègues ? »

« Vous entendez vous avec vos supérieurs hiérarchiques ? »

« Préférez vous travailler seul ou en équipe ? »

« Quel rôle jouez-vous en équipe ? »

Préparez des réponses aux éventuelles objections que l’on risque de vous faire :

« Vous n’avez pas assez d’expérience ».

« Vous avez un profil trop senior ».

« Vous avez un niveau trop faible, vous n’avez pas de diplômes ».

« Vous changez trop souvent d’entreprise et de travail ».

« C’est un milieu d’homme ».

« En vous arrêtant de travailler pour élever vos enfants, vous avez perdu votre savoir faire ».

« Vous avez un « trou dans votre CV », vous êtes resté longtemps sans travailler ».

« Vous habitez trop loin ».