DISCommuniquer

bouton-testezvous.gif

 


Vu dans la presse

lentreprise.jpg


  
 
 
anim_diagnostic.gif
 
360_o.gif
   
  Le Modèle DISC

Outil de management, de soi même, d’autrui et des situations, permettant de mesurer le comportement d’une personne ainsi que ses motivations, ce qui la pousse à agir. Chacun d’entre nous possède des niveaux différents de chacune de ces couleurs, c’est ce qui nous rend unique.

testezvous.jpg
fabart.jpg


Le management
situationnel

 

Cliquez ici pour lire l'article "le management situationnel"

Directif: Le manager prend la décision. Il donne des instructions précises et surveille de près les résultats.
 
Persuasif: Le manager prend la décision après discussion ou explications. Le manager explique ses décisions et donne des occasions de discuter.
 
Participatif: Le collaborateur prend la décision avec le soutien du manager. Le manager partage les idées et facilite la prise de décision.
 
Délégatif: Le collaborateur prend la décision. Le manager délègue ses pouvoirs pour les décisions et l'exécution. 


Le MBTI

 
Cliquer pour lire l'article sur le MBTI
Etabli d'après les travaux de Carl Jung par Katharine Briggs et sa fille Isabel Myers, l'indicateur typologique Myers-Briggs offre 16 types de caractère possibles à partir de 16 combinaisons.
 


Préférences cérébrales

 
 
   


 La fenêtre de JOHARI
Modèle qui représente le degré de connaissance de l'autre et de soi-même dans les relations entre individus. Il traduit les différentes interactions entre l'individu et le groupe dans lequel il évolue. 
 
 
Le modéle
Blake et Mouton
Cliquez pour lire l'article sur la Grille de Blake et Mouton
 
Cette grille permet de définir cinq styles de comportement (susceptibles de variations et de nuances). Ce sont:
- le style 9.1 "boulot-boulot": exclusivement axé sur la production, il cherche à éliminer au maximun l'incidence des facteurs humains.
- le style 9.9 "esprit d'équipe": développe simultanément et de façon harmonieuse un fort souci des personnes et des exigences de production élevées.
- le style 1.9 "gentil organisateur": uniquement préoccupé du climat et des bonnes relations, il laisse au second plan les exigences de production.
- le style 5.5 "opportuniste-pragmatique": négocie adroitement et à tour de rôle entre la satisfaction des demandes personnelles et les exigences de production.
- le style 1.1 "retrait": n'assure qu'un minimum d'instructions, d'information et de présence.
 
 

Bienvenue aux

    lecteur(s) en ligne 

pave_etudia.jpg

 
Pour nous contacter
 
   mail_question.jpg
 
 

 

 

arcenciel.gif 
 

manager_go.jpg

 

ID.jpg

 

 
 
entretien d'évaluation
Quel jugement portez-vous sur les entretiens d'évaluation dans votre entreprise ?
excellent
bon
satisfaisant
décevant
médiocre
l'entretien annuel n'est pas pratiqué

Résultats
 
entretien d'évaluation
Quel est le point que votre manager pourrait améliorer durant l'entretien d'évaluation ?
sa capacité à me motiver
sa connaissance de mon poste et de mon activité
sa capacité à me conseiller
sa qualité d'écoute

Résultats
 
 
Il est essentiel d'élaborer un plan d'action commun pour que l'entretien d'évaluation trouve une conclusion positive. Pour donner de bons résultats, un plan d'action doit suivre le modèle SMART:
- Spécifique: que voulons-nous réaliser concrètement?
- Mesurable: il faut pouvoir mesurer les objectifs (durée, qualité, quantité, coûts ...).
- Approprié: l'entretien s'accorde-t-il aux objectifs de l'organisation et aux besoins de votre collaborateur?
- Réaliste: il doit être acceptable, correspondre aux moyens de votre collaboration et de votre organisation.
- Temps: le plan aura une échéance, à diviser en étapes pour permettre un suivi régulier.
 
recrutement
Pour recruter, vous vous fiez avant tout
aux diplômes
à l'expérience
à la personne

Résultats
 
recrutement
Faites-vous passer un test de personnalité à vos candidats ?
Oui
Non
Pour certains postes

Résultats
 

Archives

31 mars 2008 1 31 /03 /mars /2008 21:11
Les managers en font toujours trop. En matière de stress, il y a deux cas de figure. Il y a d'abord ceux qui protègent trop leur équipe, ils prennent tout sur eux mais risquent alors d'exploser en vol. Souvent, d'ailleurs, leur équipe serait prête à faire ce qu'ils n'osent pas lui demander, s'ils y mettaient les formes. Il y a ensuite ceux qui ont le stress communicatif et empêchent littéralement les autres de travailler. Ces derniers devraient chercher à comprendre pourquoi le stress les gagne aussi facilement : est-ce dû à la structure de l'entreprise? Leur supérieur hiérarchique leur fait-il entièrement confiance? S'ils sont, en revanche, eux-mêmes à l'origine de leur stress, ils doivent alors apprendre - car cela s'apprend - à gérer leurs émotions et à prendre du recul.

Partager cet article

Repost 0
Published by Alain BERTRANDE - dans Management
commenter cet article

commentaires

anne onyme 21/05/2015 22:53

Bonjour
Je ne sais pas comment gérer une situation
Là où je travaille, la situation est délicate en ce moment. Je me suis fait reprocher mes erreurs, que je ne nie pas par ailleurs, mais j'ai l'impression que ça servait plus à la personne à évacuer son propre stress face à la situation qu'à m'aider à avancer.
Si je vois une petite erreur venant de mes collègues, je la corrige sans leur en faire part. Je fais du classement en fait donc souvent c'est facilement réparable. Je remets le dossier à la bonne place.
Que dois-je faire ? Faire remarquer à cette personne chaque fois que je corrige une de ses erreurs ?
Par ailleurs, je ne suis là que pour l'aider. Je ne fais pas forcément les choses comme elle. J'essaie de me couler dans son moule mais, du coup, je sens un manque de confiance de sa part. Comme je manque de confiance en moi, son attitude ne m'aide pas... Je comprends qu'elle se fasse plus confiance à elle-même qu'à moi d'autant que c'est elle qui a mis en place le système de classement. Mais j'ai l'impression de ne rien y pouvoir : je fais de mon mieux et je ne suis pas elle.

Laurence Kurz 07/04/2008 20:16

Bonjour,
je ne suis pas d'accord avec cet article....rien que parce qu'il se base sur une fausse définition du mot émotion. J'ai quand même passé une dizaine de dictionnaires au crible pour être sûre....

Ainsi, l'émotion c'est en simplifiant un changement d'état incontrôlé. La joie est également une composante principale du panel d'émotions que l'on peut exprimer. Personnellement, il s'agit plus pour moi de trouver des personnes tolérantes qui acceptent mes éclats de joie plutôt que de trouver des confidents pour mes peurs, mes colères ou mes tristesses ! D'où ma notion de respect....

alain 02/04/2008 04:33

Laurence, à la fin du billet je parlais de gérer les émotions. Voici un lien vers un article que je trouve intéressant écrit par Karin Reuter, Psychologue, et Michel Savage Philosophe et Sociologue.
Publié en mars sur le site mieux-etre.org

Notre émotion vue comme une clé pour accéder "à ce qui se passe en nous"…
Quelques extraits :
On peut regrouper toutes les émotions en trois grandes familles : la peur, la colère et la tristesse. Toutes les autres sont, ou bien des variantes, ou bien des mélanges de ces trois émotions de base. […]A la différence des sentiments qui se ressentent mais n’impliquent pas de tensions, comme la compassion, l’amour, la joie, l’émotion exprime une tension.
[…] Il est intéressant de se demander quelles fonctions remplissent chacune des émotions. Quand on observe la peur, elle a clairement pour mission de nous préparer face à un danger, réel ou imaginaire, nous aidant ainsi à mobiliser nos ressources. La colère se manifeste plus particulièrement dans l’instant, pour tenter de faire respecter notre intégrité physique ou morale lorsqu’elle est violée. La tristesse enfin, a comme utilité de nous aider à faire le deuil du passé.
[…] Beaucoup d’émotions ne sont finalement qu’une résistance aux vrais besoins, et c’est en cela qu’elles gagnent à être clarifiées en profondeur. 90 % du stress provient de la résistance et non de l’émotion elle-même. Apprendre à se servir des tensions ressenties pour élucider ce qui se passe en nous est une véritable clé.

http://www.mieux-etre.org/spip.php?article1980

Laurence Kurz 01/04/2008 00:20

Bonjour,
Il y a aussi beaucoup de managers malheureusement qui n'ont pas confiance en eux. Ils se sentent alors très vite agressés par certains de leurs collaborateurs qui ont besoin de décharger leur stress, et c'est là qu'une explosion sonore se fait entendre à travers tous les bureaux.

La gestion de crise c'est savoir comment retrouver une situation de confiance et de respect mutuel entre les interlocuteurs.

Car en fait, c'est bien la valeur de respect qui va nous permettre de gérer le stress, à mon humble avis. Ce n'est pas tout de contenir ses sautes d'humeur, elles transparaissent toujours plus ou moins. Il vaut mieux savoir partager ses problèmes avec une tierce personne qui pourra nous aider à mieux appréhender la situation et à nous aider à nous calmer et à raisonner.