DISCommuniquer

bouton-testezvous.gif

 


Vu dans la presse

lentreprise.jpg


  
 
 
anim_diagnostic.gif
 
360_o.gif
   
  Le Modèle DISC

Outil de management, de soi même, d’autrui et des situations, permettant de mesurer le comportement d’une personne ainsi que ses motivations, ce qui la pousse à agir. Chacun d’entre nous possède des niveaux différents de chacune de ces couleurs, c’est ce qui nous rend unique.

testezvous.jpg
fabart.jpg


Le management
situationnel

 

Cliquez ici pour lire l'article "le management situationnel"

Directif: Le manager prend la décision. Il donne des instructions précises et surveille de près les résultats.
 
Persuasif: Le manager prend la décision après discussion ou explications. Le manager explique ses décisions et donne des occasions de discuter.
 
Participatif: Le collaborateur prend la décision avec le soutien du manager. Le manager partage les idées et facilite la prise de décision.
 
Délégatif: Le collaborateur prend la décision. Le manager délègue ses pouvoirs pour les décisions et l'exécution. 


Le MBTI

 
Cliquer pour lire l'article sur le MBTI
Etabli d'après les travaux de Carl Jung par Katharine Briggs et sa fille Isabel Myers, l'indicateur typologique Myers-Briggs offre 16 types de caractère possibles à partir de 16 combinaisons.
 


Préférences cérébrales

 
 
   


 La fenêtre de JOHARI
Modèle qui représente le degré de connaissance de l'autre et de soi-même dans les relations entre individus. Il traduit les différentes interactions entre l'individu et le groupe dans lequel il évolue. 
 
 
Le modéle
Blake et Mouton
Cliquez pour lire l'article sur la Grille de Blake et Mouton
 
Cette grille permet de définir cinq styles de comportement (susceptibles de variations et de nuances). Ce sont:
- le style 9.1 "boulot-boulot": exclusivement axé sur la production, il cherche à éliminer au maximun l'incidence des facteurs humains.
- le style 9.9 "esprit d'équipe": développe simultanément et de façon harmonieuse un fort souci des personnes et des exigences de production élevées.
- le style 1.9 "gentil organisateur": uniquement préoccupé du climat et des bonnes relations, il laisse au second plan les exigences de production.
- le style 5.5 "opportuniste-pragmatique": négocie adroitement et à tour de rôle entre la satisfaction des demandes personnelles et les exigences de production.
- le style 1.1 "retrait": n'assure qu'un minimum d'instructions, d'information et de présence.
 
 

Bienvenue aux

    lecteur(s) en ligne 

pave_etudia.jpg

 
Pour nous contacter
 
   mail_question.jpg
 
 

 

 

arcenciel.gif 
 

manager_go.jpg

 

ID.jpg

 

 
 
entretien d'évaluation
Quel jugement portez-vous sur les entretiens d'évaluation dans votre entreprise ?
excellent
bon
satisfaisant
décevant
médiocre
l'entretien annuel n'est pas pratiqué

Résultats
 
entretien d'évaluation
Quel est le point que votre manager pourrait améliorer durant l'entretien d'évaluation ?
sa capacité à me motiver
sa connaissance de mon poste et de mon activité
sa capacité à me conseiller
sa qualité d'écoute

Résultats
 
 
Il est essentiel d'élaborer un plan d'action commun pour que l'entretien d'évaluation trouve une conclusion positive. Pour donner de bons résultats, un plan d'action doit suivre le modèle SMART:
- Spécifique: que voulons-nous réaliser concrètement?
- Mesurable: il faut pouvoir mesurer les objectifs (durée, qualité, quantité, coûts ...).
- Approprié: l'entretien s'accorde-t-il aux objectifs de l'organisation et aux besoins de votre collaborateur?
- Réaliste: il doit être acceptable, correspondre aux moyens de votre collaboration et de votre organisation.
- Temps: le plan aura une échéance, à diviser en étapes pour permettre un suivi régulier.
 
recrutement
Pour recruter, vous vous fiez avant tout
aux diplômes
à l'expérience
à la personne

Résultats
 
recrutement
Faites-vous passer un test de personnalité à vos candidats ?
Oui
Non
Pour certains postes

Résultats
 

Archives

17 mars 2009 2 17 /03 /mars /2009 01:19

La prospection coûte cher et lorsqu'elle est aveugle, ses résultats décevants découragent les initiatives des meilleurs vendeurs. Il ne leur est pas facile de se faire une place chez un prospect lorsque les fournisseurs en place défendent âprement leurs positions et lorsque les concurrents tentent eux aussi de s'y établir.

Il leur est plus confortable de se replier sur leur clientèle existante, la protéger des assauts de la concurrence et entreprendre de s'y développer.
Qu'en période de crise, il soit nécessaire de veiller en priorité à la fidélité de ses clients, d'accord, mais de là à consacrer l'essentiel de son activité, il y a un fossé que la nouvelle arithmétique du vendeur des années 2000 enseigne à ne pas franchir.


Apprenez la en deux questions simples.
- Combien de visites faites-vous en prospection avant qu'un de vos prospects ne devienne client?


- Quel chiffre d'affaires réalise dans l'année en cours chacun de ces prospects devenu client?


Il faut une bonne dose d'humilité et de lucidité tonique pour recevoir avec le sourire les réponses à ces deux questions et prendre sans tarder la décision de prospecter pour gagner.
Toute action de prospection est une action volontariste. Son rendement escompté, qu'il s'exprime en termes d'unités vendues, de chiffre d'affaires, de tonnage, de marge, doit être clairment annoncé par la direction commerciale et par l'encadrement à qui il appartient d'exprimer de façon explicite leur ferme détermination de la mener à bien.

Car prospecter représente pour tout vendeur un investissement temps (qu'on l'exprime en nombre de visites ou en pourcentage d'activité), souvent perçu comme un surcroît de travail.

A l'idée d'investir du temps et de l'énergie dans une action dont la rentabilité est rarement immédiate, il lui semble plus facile de chercher à atteindre ses objectifs en travaillant davantage la clientèle existante.

Aussi pour pallier cette tendance des vendeurs à céder à une certaine facilité importe-t-il que la résolution et la confiance absolue de ceux qui les dirigent dans la réussite des actions de prospection qu'ils s'engagent se traduisent par la conception et la mise en oeuvre de moyens efficaces.

Est-ce bien toujours le cas?

Plus concrètement, pour vous vendeur, votre directeur commercial et votre chef de vente se préoccupent-ils de mettre à votre disposition les moyens qui vous permettent d'obtenir plus sûrement une première commande d'un montant plus élevé et d'un meilleur niveau de prix et, à plus court terme le renouvellement de cette première commande?

C'est à partir des réponses à ces simples questions que l'on peut s'interroger sur la capacité commerciale de l'entreprise: est-elle bien armée pour gagner? Mais cela est un autre débat...

Faites le test paru dans le mensuel "Action commerciale"


Partager cet article

Repost 0
Published by Alain BERTRANDE - dans Formation
commenter cet article

commentaires

Julien 31/03/2009 21:40

Prospection commerciale : comment recruter de nouveaux clients ?

La prospection commerciale consiste pour une entreprise à rechercher de nouveaux clients. Généralement le but recherché est d'établir un lien direct avec le client ou le prospect et ce, dans le cadre d'actions commerciales. Il convient alors de prospecter dans un premier temps sur le fichier client déjà existant et par la suite, rechercher des clients potentiels encore appelés «prospects». Cependant, comment se prépare une opération de prospection ? Rappelons qu'une action de prospection mal préparée conduit directement l'entreprise à l'échec.

Et qui dit échec, dit perte de temps, de chiffre d’affaires, de clients potentiels et bien entendu démotivation...Réussir une opération de prospection commerciale revient à définir dans un premier temps la stratégie commerciale à adopter ainsi que les objectifs commerciaux visés à court, moyen ou long terme. L'entreprise devra également choisir le type d'action à mener, à savoir prospection téléphonique, par courrier, porte-à-porte... En général, le type de prospection s'adapte à l'activité de l'entreprise. Il faut noter que la stratégie de conquête est déterminée à partir de l'analyse de l'environnement de l'entreprise à savoir ses concurrents directs ou indirects, la typologie de ses clients (particuliers, entreprises), ses forces (notoriété, taille de l'entreprise...), ses faiblesses (taille de l'entreprise, rentabilité financière...), ses compétences, ses produits ou services, son chiffre d'affaires...Après la définition de la stratégie de conquête, vient la détermination de la stratégie marketing et commerciale à adopter.

Il s'agira de répondre à certaines questions telles que le degré de satisfaction des clients existants, les critères de segmentation de la clientèle, le "marketing-mix" (couple produit-prix par exemple), le but précis de la campagne de prospection (vendre, présenter de nouveaux produits, recueillir des informations nécessaires au lancement d'un nouveau produit...) et bien évidemment, le choix du type de médias et d'action à utiliser. Lorsque le choix est fait, l'entreprise doit bâtir un plan de prospection.

Dans le cas d'une prospection téléphonique, l'un des outils le plus utilisé dans les campagnes de prospection commerciale ou marketing, il faut cibler les clients à prospecter à partir d'un fichier, préparer un argumentaire téléphonique ainsi que des éventuelles objections et réponses aux objections. Dans le cas d'une campagne de prospection par mailing, il faut comme dans tout type de prospection, cibler dans un premier temps les clients à prospecter ou prospects à contacter, et ensuite, concevoir un message attractif qui aura pour but de capter et de retenir l'attention du destinataire. S'il s'agit d'une prospection physique c'est-à-dire des visites effectuées chez le client, la procédure sera la même : cibler les clients en fonction de leur zone géographique, prévoir un plan de tournée ainsi que des outils d'aide à la vente ( échantillons, dépliants, sans oublier l'argumentaire de vente et les réponses aux éventuelles objections!) Il faut noter que dans les deux premiers cas, à savoir la prospection téléphonique et la prospection par mailing, une action de relance est à prévoir quelques jours après l'envoi du courrier ou mailing et ou du premier contact téléphonique.

Voici quelques astuces pour réussir votre prospection commerciale : cibler la clientèle, choisir les bons canaux de marketing direct en misant sur la «prospection réactive», prioriser la rentabilité financière, choisir le moment de la prospection... sans oublier la motivation des commerciaux !

Vincent 31/03/2009 21:34

Toute décision en général, tout achat en particulier impliquent un état de tension, une peur. Car les caractéristiques techniques de vos produits ne suffisent pas, le client potentiel cherche, plus ou moins consciemment, à vérifier la véracité de vos allégations. C'est là qu'entrent en scène les atouts dits de rassurance, trop souvent absents des argumentaires.
Comment les utiliser pour rassurer avant, pendant et après ?

Christian 20/03/2009 14:52

Votre article mérite d'être développé avec les 8 leviers pour doper les ventes en temps de crise:
1 - Remotiver les forces de ventes : jouer collectif
2 - Préparer une offensive publicitaire
3 - Faire de la veille commerciale, organiser les sources extérieures, sollicitez ses collaborateurs, favoriser le "push" d\'information ...
4 - Explorer son fichier client
5 - Prospecter à l\'international, en s\'appuyant sur les aides publiques
6 - Se lancer dans le e-commerce
7 - Lancer un nouveau produit
8 - Combattre les mauvais payeurs

Des pistes à creuser tout de suite.